Un label mais pas de bibliothèque

Nous apprenons par voie de presse que Castres reçoit le label « Ville d’art et d’histoire », décerné par le Ministère de la Culture.

On ne peut que se féliciter de cette reconnaissance nationale, fruit d’un travail de longue haleine réalisé par les services municipaux.

Rappelons que l’un des quatre critères principaux qui prévalent à l’attribution du label est un réel engagement politique de la collectivité à faire de la culture, de l’architecture et du patrimoine un projet local de développement.

Nous attendons donc avec impatience de pouvoir prendre connaissance du projet local de développement qui a convaincu le Ministère de la Culture. Si l’on en croit les critères d’attribution, ce label devrait enfin donner à notre ville une ampleur culturelle qui n’aborderait pas la culture par l’angle exclusivement touristique et ne se contenterait pas de la seule valorisation du patrimoine.


L’éducation artistique et culturelle et la médiation, qu’elle soit écrite, humaine ou numérique, sont les angles morts de la politique culturelle actuelle.

Bibliothèque, conservatoire de musique, école des beaux-arts : ces trois structures fondamentales sont les oubliées de la politique locale : faut-il le rappeler ? À Castres, la bibliothèque principale est fermée depuis quatre mois par manque d’entretien du bâtiment, le conservatoire et l’école des beaux-arts se trouvent dans des locaux particulièrement dégradés.

L’escalier extérieur de la Villa Briguiboul a certes été restauré, mais qu’en est-il de l’intérieur ?


Nous interpellons Madame Roselyne Bachelot, Ministre de la culture, en visite dans le Tarn ce lundi 7 février :

Sachez-le, Madame la Ministre, vous venez à Castres, ville de 42 000 habitants qui n’a plus de bibliothèque principale depuis plus de 4 mois. Ouvertes à toutes et tous, garantes du pluralisme et de l’égalité dans l’accès au savoir et à la culture, les bibliothèques constituent l’un des piliers de notre démocratie. S’inscrivant dans les domaines de la formation, du débat d’idées, de l’éducation artistique et culturelle ou de l’insertion sociale, l’action des bibliothèques se déploie aujourd’hui bien au-delà de leur rôle traditionnel de lieu d’étude et de prêts de livres.

A Castres, son accès est aujourd’hui interdit.


28 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout