Plan Climat Air Énergie : pourquoi avoir peur du débat démocratique ?

Le Plan Climat Air Énergie Territorial (PCAET) est obligatoire et constitue la feuille de route vers la transition énergétique des 14 communes de la Communauté d'agglomération Castres-Mazamet.


Une concertation en ligne est en cours jusqu'au 12 décembre : http://castres-mazamet-pcaet-concertation.fr



Le PCAET est une démarche de planification stratégique à 30 ans qui concerne tous les secteurs d’activité : résidentiel, activité industrielle, tertiaire, transports, agriculture, déchets.


"De nombreux partenaires vont être mobilisés afin de construire une feuille de route concertée permettant de conduire le territoire dans cette démarche de transition. Il s'agit de réinterroger les politiques publiques portées par l’agglomération de Castres-Mazamet sur les enjeux climat, air et énergie.."

> http://castres-mazamet-pcaet-concertation.fr


Objectifs
  • atténuer le dérèglement climatique en réduisant les émissions de gaz à effet de serre;

  • préserver la qualité de l’air pour limiter les impacts sanitaires et environnementaux;

  • maîtriser la facture énergétique, réaliser des économies et réduire la vulnérabilité du territoire face au coût de l'énergie en développant les énergies renouvelables;

  • favoriser les ressources locales (emplois, ressources naturelles…) ;

  • développer de nouveaux axes de croissance en matière d’emplois ;

  • améliorer les emplois existants et favoriser la montée en compétences ;

  • anticiper les événements climatiques qui ne pourront être évités pour s’y adapter.

Les collectivités locales sont en première ligne dans l’anticipation des conséquences du changement climatique sur leur territoire et sur la mise en oeuvre de mesures d’adaptation. Les modélisations démontrent que le coût de l’adaptation sera largement inférieur au coût de la réparation.

GAZ À EFFET DE SERRE

Il faut arriver à terme à des émissions de Gaz à effet de serre (GES) nulles ou presque car l'ampleur du dérèglement climatique dépendra notamment de la quantité totale de gaz à effet de serre émis. Des objectifs quantitatifs ont été fixés. En France, c’est l’objectif « facteur 4 » qui fait référence.

Il signifie la division par 4 des émissions de GES, soit une réduction de 75 % à l’horizon

2050 par rapport à 1990.


POLLUANTS ATMOSPHÉRIQUES

Concernant les polluants atmosphériques, trois sont particulièrement problématiques en raison du dépassement récurrent des normes de qualité de l’air :

  • Les oxydes d’azote (NOx) sont émis lors de la combustion (chauffage, production d’électricité, moteurs thermiques des véhicules...)

  • Les particules PM10 et PM2,5 sont issues de toutes les combustions. L’agriculture et les transports émettent aussi des polluants qui peuvent se transformer en particules secondaires (notamment l’ammoniac, NH3)

  • L’ozone (O3) est produit dans l’atmosphère sous l’effet du rayonnement solaire par des réactions complexes entre certains polluants primaires.

LE PLAN LOCAL D'URBANISME (PLU)

Le PLU est fondamental car il est le reflet du projet global d'aménagement d'une commune. Le PLU regroupe l’ensemble des différents documents visant à assurer le bon développement urbain de nos villes. organise le développement de notre commune en fixant des règles d’urbanisme et des règles de construction selon un découpage précis en différentes zones. Il permet d’encadrer rigoureusement les projets urbains, leurs styles architecturaux, leurs impacts sur l’environnement collectif et sur le développement durable. Le PLU et le PCAET doivent être en conformité l'un avec l'autre.

La Ville de Castres a approuvé son Plan Local d’Urbanisme le 17 janvier 2012 par délibération du Conseil Municipal. Depuis cette date, le PLU a connu de multiples procédures d’évolution et de modifications. Cela pose la question de sa révision générale, car on ne peut pas se contenter de modifications successives au coup par coup sans vision d'ensemble. Il est urgent que ce travail soit mis en oeuvre avec la commission urbanisme à laquelle nous participons.

En résumé, le PCAET représente un enjeu majeur pour les années à venir et concerne de nombreux secteurs où l'action publique a un impact durable.
  • Bâtiments publics et privés (résidentiel et tertiaire)

  • Transports (mobilités, transports publics, infrastructures)

  • Agriculture

  • Industrie et autres activités économiques

  • Production et distribution d'énergie, énergies renouvelables

  • Gestion des déchets


ZONE DU SIALA


Nous dénonçons le développement de la zone du Siala, qui, avec encore plus de 3600 m2 en cours de construction, s'avère en totale contradiction avec les objectifs que doit se fixer le PCAET.


Pour rappel, trois enseignes de hard-discount ont récemment ouvert leurs portes : Action, Kasprix, Centrakor, ainsi qu'un Burger king...


L'article de la Dépêche du 18 novembre 2021 nous apprend que :

  • Le groupe Maurel crée un « village » automobiles avec Peugeot, Opel, Huyndai, Toyota…

  • Obazyne, société de « promotion immobilière commerciale à taille humaine » (!!!) poursuit l’extension de la zone du Siala qui deviendra ainsi « une nouvelle destination commerciale majeure au sud de Castres ».

  • « .... Le développement de cette zone répond donc aujourd’hui à la volonté de rééquilibrage de l’offre commerciale de l’agglomération, souhaité depuis longtemps par le maire, notamment par rapport à la zone de Mélou qui concentrait jusque-là l’essentiel des enseignes. »

Entre la zone de Mélou et la zone du Siala : 8 kilomètres, soit une douzaine de minutes par la rocade... Est-il vraiment nécessaire de développer le même type d'offre entre les deux accès principaux de la ville, si peu éloignés l'un de l'autre ???

Quel mode de vie et de consommation souhaitons-nous pour l'avenir de notre territoire ???


Qu'en est-il de la défense du petit commerce du centre ville, de la consommation locale et des circuits courts quand on développe à ce point les grandes surfaces commerciales ???


Ce n'est pas un "manager" du centre ville et sa plateforme en ligne qui vont empêcher le déclin du centre ville et permettre le développement de producteurs locaux.


Ces choix politiques sont désastreux pour l'environnement et l'équilibre économique du territoire.

D'un côté, faire semblant de travailler en concertation à un PCAET qui met au coeur de sa démarche les impératifs environnementaux et, de l'autre, favoriser les zones commerciales sans âme et une artificialisation des sols qui vont à l'encontre de ces objectifs... L'incohérence saute aux yeux !

La consultation en cours via un formulaire en ligne ne saurait être suffisante : il est primordial qu'au-delà de cette démarche, des échanges constructifs avec l'ensemble des acteurs du territoire soient réellement mis en place pour réfléchir collectivement à un véritable plan d'actions à la hauteur des enjeux.


Un forum Énergie Climat, organisé par la Communauté d'Agglomération, s'est déroulé mercredi 17 novembre. Mais ce dernier n'était ouvert ni à la population, ni à toutes les associations locales (des inscriptions ont été refusées !).

Tout le monde est concerné. Le secteur associatif local qui le souhaite devrait pouvoir être partie prenante de la réflexion et des actions à mener. D'autant plus quand son activité concerne l'environnement, les mobilités, les circuits courts, l'économie sociale et solidaire, la participation citoyenne. La population devrait également être associée, de manière régulière et active.
41 vues0 commentaire